L'éditeur qui véhicule le rock !

Paulette Pub Rock

343 Rue Régina Kricq

image du l'article

Par Syned Tonetta
22 août 2019
Prix : 36 €

Extrait :

Peu d'ouvrages ont été consacrés à des salles de spectacles. Le Paulette Pub Rock est une exception dans le paysage musical en France. Syned Tonetta s'est employé à explorer ce lieu qui n'aurait pas perduré sans un couple à la destinée singulière. Paulette, aujourd'hui presque centenaire, et Yves, son mari, ont fait d'un café-épicerie-dancing un temple du rock... à la campagne, dans un village, Pagney-derrière-Barine. Est-ce dû tout simplement à cet amarrage loin des circuits habituels, ou alors à ce public hétérogène dont CharElie a remarqué les « mains calleuses » lors d'une séance de dédicace « plus longue qu'ailleurs » ? L'auteur remonte un siècle en arrière pour comprendre ce lieu à la trajectoire pérenne, ouvert autant sur le passé que sur le présent du rock, qui voit passer des milliers d'artistes et non des moindres : de Vince Taylor à Ange, de Dr Feelgood aux Dogs, du Gun Club à Canned Heat, de Calvin Russell à Blaze Bayley, de Louis Bertignac à No One Is Innocent et tant d'autres. Il doit y avoir une raison ou des raisons pour qu'un nom, une adresse fassent rêver tous les musiciens, des débutants aux plus illustres, tous les fans de blues, rhythm'n'blues, rock'n'roll, punk, metal, stoner et même de prog music. L'auteur, qui a connu un temps ce repaire de rockers de l'intérieur, retrace l'histoire à travers une famille, celle des Bortolotti-Marchal, à l'aide de nombreux témoignages de proches, de clients, d'artistes et de professionnels du show-biz. Un essai sur un carrefour de rencontres et de styles, un phénomène sociétal unique dans les annales du rock.

Life From A Window

Paul Weller et l'Angleterre Pop

image du l'article

Par Nicolas Sauvage
13 juin 2019
Prix : 32 €

Extrait :

Propulsé dans le grand cirque punk suite à une erreur d'aiguillage avec The Jam, Paul Weller a écrit cet hymne à la jeunesse que demeure « In The City » avant même de fêter son vingtième printemps. Loin d'afficher des accointances avec le nihilisme en vigueur du punk britannique, The Jam servira à Weller de véhicule pour faire revivre la culture modernist et, plus largement, pour imposer son groupe comme le plus populaire dans l'Angleterre de Margaret Thatcher. La suite le conduira à se débarrasser de l'encombrant costume de porte-parole générationnel pour entrer, avec le Style Council, en immersion totale dans cette musique afro-américaine sur laquelle s'est largement construite sa passion. L'audacieux pari du Style Council entrainera peu à peu Paul Weller dans une impasse artistique et verra dans un même temps la critique proclamer prématurément la fin de sa carrière. Son retour n'en sera que plus éblouissant. Exemple sans équivalent dans l'histoire de la pop anglaise, la carrière solo de Paul Weller le verra peu à peu se réinventer et révéler une oeuvre polymorphe qui, plus de quarante ans après ses débuts, ne cesse de surprendre par sa fraîcheur et sa recherche constante. Ignorer son parcours ce n'est ni plus ni moins que se priver de l'un des chapitres essentiels de la musique moderne. L'humble pari de ce livre est de rendre justice à l'une des plus belles histoires de la pop anglaise.

Maynard James Keenan

Une parfaite union des contraires

image du l'article

Par Maynard James Keenan
22 mai 2018
Prix : 32 €

Extrait :

Maynard James Keenan est surtout connu en tant que chanteur charismatique des groupes Tool, A Perfect Circle et Puscifer. Cette première biographie officielle n'est cependant pas celle que l'on pourrait attendre, penchant plus du côté de l'introspection que des chambres d'hôtel dévastées, ce qui n'est pas si étonnant quand on connaît déjà un tant soit peu cet artiste ayant toujours rejeté l'image de rock star. Écrit avec Sarah Jensen, une amie de plus de 30 ans, Une Parfaite Union Des Contraires retrace ainsi le parcours d'un jeune garçon ayant grandi dans l'Ohio et que rien, pas même ses passions et sa détermination, ne destinait à atteindre une renommée internationale. Revenant en détail sur ce qui a façonné l'homme et son art, ce récit ne se livre par contre pas à l'explication de textes ; au lieu de cela, le puzzle se met en place, donnant un aperçu de choses qui se retrouveront plus tard dans ses écrits ou guideront ses centres d'intérêt. Et le bilan sur une vie déjà bien remplie finit par transcender le personnel pour devenir métaphore : un détour sans signification peut avec le recul devenir quelque chose d'important. C'est pour le lecteur un encouragement à suivre ses rêves, à rester intègre, et à travailler sans relâche pour réaliser pleinement son potentiel créatif. « La vie est trop courte pour ne pas créer quelque chose tant que l'on respire. »

Led Zeppelin

In the evening and in the light

image du l'article

Par Mitch' Duterck
23 octobre 2018
Prix : 38 €

Extrait :

Au départ il y avait les champs de coton d'où s'élevaient, telle une brume tragique, les mélopées des captifs arrivés là, portés par les bateaux négriers. Le Blues était en gestation. Bientôt il deviendra la référence absolue pour les nouveaux artistes, qu'ils soient issus du Jazz ou du Rock. Les années soixante vont se révéler un terreau généreux pour quantité de musiciens, chacun y puisant sa dose d'inspiration censée lui assurer les honneurs de l'avenir. Parmi cette multitude : un guitariste de studio. Jeune, plutôt chétif et pétri de talent. Las du travail en studio, il va goûter au plaisir enivrant de la scène aux côtés des Yardbirds déjà moribonds. Ce groupe devient son laboratoire ; il y filtre tous les mystères de ce qui deviendra le monolithe rock le plus colossal jamais érigé. Le jeune homme s'appelle James Patrick Page. Ses complices sont Robert Plant, John Paul Jones et John Bonham. Une réunion qui tient plus de l'alchimie que d'un rapide casting. Led Zeppelin voit le jour en 1968 et règne aujourd'hui encore sans que son rang ne lui soit contesté. En cette année du 50ème anniversaire de Led Zeppelin s'imposait un ouvrage remarquablement documenté : la création, le travail et la technique en studio, la vie « à côté » de Led Zeppelin, les confidences des musiciens et de leur entourage, l'opinion des journalistes, les tournées, les bonheurs et les tragédies. Et peut-être plus…

Bootleg

Les flibustiers du disque

image du l'article

Par Alain Gaschet
16 mars 2015
Prix : 32 €

Extrait :

Ce livre vaut combien ? Un an (avec sursis) ! Il vous dévoile l'histoire des disques « pirates » largement racontée par ceux qui les ont créés. Il vous offre un voyage dans une discothèque interdite, sans cesse pourchassée par les chiens de garde des majors, sans cesse renaissant de ses cendres, avec ses labels loufoques, ses brouillons inaudibles mais aussi ses perles rares, ses oeuvres d'art, ses ratages et ses heures de gloire ! « Une plongée dans la face B du business musical, celle des chutes de studio volées, des inédits tombés d'un camion et des concerts de légende captés à l'arrachée, des white labels californiens aux triple vinyles hollandais, des presses à CD d'Europe de l'Est aux Blu-ray nippons. » (Tsugi Mag) « Mais, derrière l'histoire du disque pirate qui inclut celle des bootleggers, des labels, logos et autres slogans, c'est aussi une autre histoire du rock'n'roll (sorte de dark side) que relate ici Alain Gaschet, celle de véritables fouineurs prêts à tout pour partager leur passion de la musique. Il montre également très bien comment cette industrie parallèle à celle des majors, très créative, ludique mais également lucrative, doit sans cesse se déplacer, disparaître pour mieux renaître ailleurs afin de déjouer tous les pièges et éviter la prison. Ce que montre aussi l'auteur c'est qu'en véritable phénix, le bootlegger, après la course effrénée aux vinyles, CD et DVD commencée à la fin des années 60 dans les foires et chez les disquaires, a aujourd'hui trouvé sa place dans tous les foyers ainsi que sur la Toile. » (blog ePagine). Cette édition augmentée « REMIX 2015 » a été enrichie d'anecdotes, de nombreuses photos, d'un chapitre supplémentaire (quel bootleg n'a pas de « bonus track ? ») et d'une documentation qui ravira sans doute les amateurs de raretés ! En achetant ce livre, vous devenez complices. Bienvenue au club. Et puis, après tout, qu'est-ce qu'un an ? Comme le disaient si bien nos amis de Swingin'Pig : If it ain't no dangerous, it ain't no rock'n'roll

Blondie

Biographie et discographie détaillée

image du l'article

Par Adrian Michenet-Delys
22 août 2019
Prix : 32 €

Extrait :

Groupe phare des années 70 et 80, Blondie est l'auteur de tubes intemporels (« Call Me », « Heart Of Glass », « The Tide Is High » ou encore « One Way Or Another ») que l'on retrouve dans toutes les compilations pop-rock. Issu du mouvement punk américain puis classé new wave, Blondie a su très tôt se jouer des étiquettes en adoptant un son power pop reconnaissable entre mille et en expérimentant avec la curiosité et l'enthousiasme pour ligne directrice. Mais si Blondie est bel et bien un groupe de rock, sa figure de proue féminine, Deborah Harry, immortalisée sur des photographies glamour, qui n´a pas laissé indifférentes Madonna ou Shirley Manson, a semé la confusion. Blondie, était-ce Deborah Harry ou un véritable groupe ? Ce livre offrira une réponse à cette question légitime. Cette promenade dans le monde réel vous permettra de suivre le parcours de chacun de ses membres, sans négliger leurs efforts en solo, discographiques et même cinématographiques. Arpentons ensemble les pavés de l'enfer du CBGB, l'ascension foudroyante du groupe jusqu'à son départ précipité par la petite porte puis son retour triomphal au crépuscule des années 90 et sa longévité qui se vérifie encore de nos jours, le groupe ne cessant d'enregistrer de nouveaux albums et de tourner aux quatre coins de la planète. Donnons la parole à un guitariste adepte de soli stratosphériques, un batteur jamais avare de coups, une chanteuse tendrement psychopathe, un claviériste rutilant, un manager méphistophélique et bien d'autres... Croisons des figures familières comme Andy Warhol, David Bowie, Iggy Pop, James Woods ou encore Paul McCartney. Il est temps de dénouer les noeuds de l'affaire Blondie ! Né à Châteauroux en 1986, Adrian Michenet-Delys est l'auteur d'un livre sur Jethro Tull, Madness In The Spring publié chez Camion Blanc en 2018. Il est chroniqueur pour le webzine Music Waves, spécialisé dans le rock progressif, la pop, le rock et le metal industriel.

Deep Purple

La bataille fait rage (1983-2009)

image du l'article

Par Martin Popoff
19 avril 2019
Prix : 34 €

Extrait :

On ne change pas une équipe qui gagne. Mais, comme lors d'une compétition de foot, il est bon d'avoir des remplaçants. Ce deuxième et dernier tome, consacré à la folle virée discographique de l'un des plus importants groupes de rock depuis les débuts du genre, redémarre sur les chapeaux de roues d'une Mercedes sans permis, via les facéties de Ritchie Blackmore, l'Homme en Noir, ses guitares et ses perruques, reprenant du service au sein de Deep Purple avec pertes et fracas, mais aussi brio, moult canulars tordants et amour maniaque du ballon rond, avant de reclaquer pour toujours les portes du quintette britannique. Voyant lui succéder la fine fleur des guitar heroes américains - les virtuoses Joe Satriani et Steve Morse -, les increvables ou presque Jon Lord et Ian Paice célèbrent l'arrivée de Don Airey aux grandes orgues et le retour définitif de Roger Glover à la production comme à la quatre-cordes, tandis que ça s'agite devant le micro : qui, de Joe Lynn Turner (ex-Rainbow) et Ian Gillan (jadis tenant du titre) va l'emporter dans cette bataille sans trève et sans merci entre égos explosifs, carrières solos hasardeuses, side-projects séduisants et pannes d'inspiration ? Dans ce chapitre, qui retrace un quart de siècle de heavy metal et pop culture, on empruntera un avion branlant pour l'Ukraine, on sera frappé dans les toilettes par la main de Dieu, on chantera sous la neige, on s'endormira dans des spaghettis, on réveillera Eric Clapton à trois heures du matin, on vivra un accident de montgolfière, on pestera violemment contre l'Union Européenne, on touchera à la musique celtique, au folk, au funk, au 5/4, aux gammes turques, égyptiennes, marocaines ou indiennes, au psyché comme à la variété et au-delà pour produire des albums toujours plus Purplesques, mais pas avant deux ou trois matchs de foot opposant techniciens et musiciens puis une soirée magique au pub. Parce que, même métissé de yankees géniaux, Deep Purple, c'est l'esprit immortel d'une certaine Angleterre, qui résiste à tout. Le présent volume retrace la carrière du groupe depuis sa reformation/déformation perpétuelle en 1984 jusqu'aux premiers disques avec Don Airey et Steve Morse. Il fait suite à Deep Purple : De la fumée sur l'eau (Camion Blanc).

Nitzer Ebb

L'homme, l'âme et la machine

image du l'article

Par Pedro Peñas Y Robles
28 septembre 2019
Prix : 28 €

Extrait :

Le livre que vous tenez entre les mains est une oeuvre singulière, premièrement parce qu'il s'agit du dernier ouvrage de Pedro Peñas Y Robles pour Camion Blanc qui clôt un triptyque initié en 2018 avec Joy Division, suivi d'un livre sur Nick Cave en 2019, et qui aujourd'hui se conclut par un vibrant hommage au groupe britannique Nitzer Ebb sous forme d'une biographie succincte illustrée par des témoignages d'artistes, ou de fans de la première heure, incluant la propre expérience de l'auteur, permettant de cette façon de saisir plus distinctement l'impact de ce groupe dans les scènes Techno-Electro de ces trente dernières années. Et deuxièmement, parce que ce livre sur Nitzer Ebb est unique. En effet c'est la première biographie de Nitzer Ebb au monde, il n'existe aucun autre livre sur eux, et c'est donc également le premier en langue française qui s'intéresse d'aussi près à ce groupe anglais culte, issu du label Mute Records, contenant des récits et des anecdotes qui nous apportent un éclairage plus humain et relativement bien documenté, sur ces pionniers de la musique électronique européenne qui, avec leurs lignes de basse contondantes séquencées et leurs vocaux totalitaristes, auront à la fois influencé la scène Techno, l'EBM et l'Electro Pop, ainsi que des groupes à la notoriété internationale comme Nine Inch Nails, Ministry, The Prodigy, Underworld ou Rammstein.

Jesus Elvis Junkie Blues

De GG Allin à Lux Interior, Nick Cave & Stu Spasm

image du l'article

Par Merle Leonce Bone
21 juin 2018
Prix : 30 €

Extrait :

Que l'on n'attende pas de ce JESUS ELVIS JUNKIE BLUES une aimable hagiographie collectant les faits à la manière d'un universitaire critique-rock. Ici est un récit sauvage, punk et romantique, innervé par une écriture brûlante, dont le fil conducteur d'électricité, l'affection vasculaire, serait GG Allin, ce diable d'homme, de sa naissance à sa mort. Merle Leonce Bone y raconte cette vie indocile, à sa façon. Le lecteur, en état second, doit s'attendre, au rythme des dérives, à emprunter des portes, basculer et voyager à travers des visions, des anecdotes au factuel chirurgical, des géographies inquiétantes, où l'on y croise tant des figures tutélaires, Nick Cave, Kid Congo Powers, Rowland S. Howard, Blixa Bargeld, Theo Hakola ou Lydia Lunch, à la même enseigne, épique, que des maudits, artisans orfèvres de ce radical underground. Que l'on n'espère pas de ce JESUS ELVIS JUNKIE BLUES qu'il se fasse tour-opérateur, guide touristique sur les sentiers balisés d'une Histoire officielle morte, pourrie sous le botox. Ici est un hommage vibrant à la part la plus sombre, musique du Diable sous Haute Dépendance Stooges, Birthday Party, Scientists, Gun Club & Cramps, d'un certain Rock'n'roll possédé, tapi dans l'ombre, celui des caves, des cryptes, des garages, des marécages et des backrooms. Fruit de trente années d'une passion indéfectible, obsessionnelle, à dénicher des tubercules, creepy, sleaze & swamp, rares, Merle Leonce Bone y conte, néo-dada expressionniste, les scènes musicales de ceux qui, de la fin des années 70 aux années 80 et 90, à Melbourne, Berlin, Adelaide, Sydney, San Diego, Philadelphie, Prague ou Boston, ont dévoué leur vie et leur âme à l'hybridation dangereuse du blues, du rock urbain, de l'art brut, de la shooteuse et du voodoo. Ce qu'est aussi ce Livre d'essence Monstre : un cri de guerre esthétique conspuant l'hygiénisme bigot, consumériste, ambiant.

It's so easy

Et autres mensonges

image du l'article

Par Duff McKagan
14 septembre 2012
Prix : 38 €

Extrait :

En 1984, à l'âge de vingt ans, Duff McKagan quitte sa ville natale de Seattle - en partie pour des motivations musicales, mais surtout pour fuir une épidémie d'overdoses d'héroïne qui sévit alors au sein de la scène punk locale. Arrivé à Los Angeles depuis quelques semaines à peine et vivant toujours dans sa voiture, il répond à une annonce pour une place de bassiste publiée par un certain Slash. Peu après naît le groupe le plus dangereux du monde. Guns N' Roses finira par vendre plus d'une centaine de millions d'albums dans les quatre coins du globe. Dans ce livre, Duff retrace le parcours improbable de GN'R jusqu'à la consécration internationale, entre albums de platine et concerts dans des stades remplis. Toutefois, une telle ascension vers la consécration mondiale peut mener à une chute tout aussi vertigineuse, et c'est ce qui est finalement arrivé à Duff, ainsi qu'au groupe lui-même. Alors que GN'R commençait à se désintégrer, Duff sentait qu'il en était fini de lui, également. Mais son expérience aux frontières de la mort, conséquence directe de son alcoolisme, se révélera providentielle : le tournant qui le mènera sur le chemin de la sobriété et qui dictera les choix inattendus qu'il fera alors dans sa vie. D'une voix tout aussi honnête qu'incontestablement personnelle, Duff - l'une des personnalités les plus brillantes et clairvoyantes du rock - entraîne le lecteur dans son aventure poignante à travers les tréfonds de l'un des groupes les plus sulfureux de l'histoire du rock n' roll - et même au-delà.

Sorry Entertainer

La production artistique de Daniel Johnston de 1979 à 1986

image du l'article

Par Xavier Lelièvre
24 avril 2017
Prix : 32 €

Extrait :

Daniel Johnston est sans aucun doute l'une des figures pop les plus épatantes du XXe siècle et pourtant, les contours de son oeuvre prodigieuse et singulière restent encore aujourd'hui trop méconnus du public. Reconnu et acclamé par ses pairs et aînés que sont David Bowie, Tom Waits, Kurt Cobain, Eddie Vedder ou Matt Groening, l'artiste a très rapidement su bâtir un univers extrêmement codifié, doté de sa propre mythologie interne, de ses complexités inhérentes ainsi que d'une certaine récurrence dans les thèmes poétiques développés. Depuis, il s'y cloître inlassablement, tout en laissant la fenêtre ouverte à quiconque souhaiterait l'y rejoindre, le temps d'une chanson ou au détour d'un dessin. Musicien et plasticien, sa production artistique vorace et exaltée représente aujourd'hui une synthèse tout à fait remarquable de ce qu'est et de ce que fut l'homme au quotidien : tissant la toile de son cosmos à son image, les innombrables références convoquées n'ont de cesse de se relier entre elles, s'interpeller, s'interroger et se compléter. À travers ce premier ouvrage francophone consacré à cet artiste qui intrigue autant qu'il fascine, l'auteur tente de présenter les vingt-cinq premières années de sa vie captivante, avant de revenir sur les bases de son expression artistique et de soulever quelques préoccupations esthétiques et conceptuelles, afin d'offrir les clés de compréhension nécessaires à l'appréhension de ce répertoire luxuriant et impérieux.

© 2019 Camion Blanc - Réalisation & Hébergement  image entreprise de la réalisation de la page