L'éditeur qui véhicule le rock !

Life From A Window

Paul Weller et l'Angleterre Pop

image du l'article

Par Nicolas Sauvage
13 juin 2019
Prix : 32 €

Extrait :

Propulsé dans le grand cirque punk suite à une erreur d'aiguillage avec The Jam, Paul Weller a écrit cet hymne à la jeunesse que demeure « In The City » avant même de fêter son vingtième printemps. Loin d'afficher des accointances avec le nihilisme en vigueur du punk britannique, The Jam servira à Weller de véhicule pour faire revivre la culture modernist et, plus largement, pour imposer son groupe comme le plus populaire dans l'Angleterre de Margaret Thatcher. La suite le conduira à se débarrasser de l'encombrant costume de porte-parole générationnel pour entrer, avec le Style Council, en immersion totale dans cette musique afro-américaine sur laquelle s'est largement construite sa passion. L'audacieux pari du Style Council entrainera peu à peu Paul Weller dans une impasse artistique et verra dans un même temps la critique proclamer prématurément la fin de sa carrière. Son retour n'en sera que plus éblouissant. Exemple sans équivalent dans l'histoire de la pop anglaise, la carrière solo de Paul Weller le verra peu à peu se réinventer et révéler une oeuvre polymorphe qui, plus de quarante ans après ses débuts, ne cesse de surprendre par sa fraîcheur et sa recherche constante. Ignorer son parcours ce n'est ni plus ni moins que se priver de l'un des chapitres essentiels de la musique moderne. L'humble pari de ce livre est de rendre justice à l'une des plus belles histoires de la pop anglaise.

Deep Purple

La bataille fait rage (1983-2009)

image du l'article

Par Martin Popoff
19 avril 2019
Prix : 34 €

Extrait :

On ne change pas une équipe qui gagne. Mais, comme lors d'une compétition de foot, il est bon d'avoir des remplaçants. Ce deuxième et dernier tome, consacré à la folle virée discographique de l'un des plus importants groupes de rock depuis les débuts du genre, redémarre sur les chapeaux de roues d'une Mercedes sans permis, via les facéties de Ritchie Blackmore, l'Homme en Noir, ses guitares et ses perruques, reprenant du service au sein de Deep Purple avec pertes et fracas, mais aussi brio, moult canulars tordants et amour maniaque du ballon rond, avant de reclaquer pour toujours les portes du quintette britannique. Voyant lui succéder la fine fleur des guitar heroes américains - les virtuoses Joe Satriani et Steve Morse -, les increvables ou presque Jon Lord et Ian Paice célèbrent l'arrivée de Don Airey aux grandes orgues et le retour définitif de Roger Glover à la production comme à la quatre-cordes, tandis que ça s'agite devant le micro : qui, de Joe Lynn Turner (ex-Rainbow) et Ian Gillan (jadis tenant du titre) va l'emporter dans cette bataille sans trève et sans merci entre égos explosifs, carrières solos hasardeuses, side-projects séduisants et pannes d'inspiration ? Dans ce chapitre, qui retrace un quart de siècle de heavy metal et pop culture, on empruntera un avion branlant pour l'Ukraine, on sera frappé dans les toilettes par la main de Dieu, on chantera sous la neige, on s'endormira dans des spaghettis, on réveillera Eric Clapton à trois heures du matin, on vivra un accident de montgolfière, on pestera violemment contre l'Union Européenne, on touchera à la musique celtique, au folk, au funk, au 5/4, aux gammes turques, égyptiennes, marocaines ou indiennes, au psyché comme à la variété et au-delà pour produire des albums toujours plus Purplesques, mais pas avant deux ou trois matchs de foot opposant techniciens et musiciens puis une soirée magique au pub. Parce que, même métissé de yankees géniaux, Deep Purple, c'est l'esprit immortel d'une certaine Angleterre, qui résiste à tout. Le présent volume retrace la carrière du groupe depuis sa reformation/déformation perpétuelle en 1984 jusqu'aux premiers disques avec Don Airey et Steve Morse. Il fait suite à Deep Purple : De la fumée sur l'eau (Camion Blanc).

Eric Clapton

L'éternelle jeunesse d'un vieux bluesman

image du l'article

Par Eric Smets
30 décembre 2018
Prix : 32 €

Extrait :

L'histoire d'Eric Clapton est jonchée de situations dramatiques et de coups du sort qui auraient dû laisser l'homme abattu sur le bord du chemin. Seule sa passion dévorante pour le Blues lui aura permis de tenir le coup et de continuer. Cette passion sera son leitmotiv tout au long de sa carrière et Robert Johnson restera le phare qui lui indiquera le cap à maintenir quels que soient les changements et les modes dans le monde de la musique depuis ses débuts en 1963. À travers Eric Clapton, qui a commencé sa carrière en même temps que les Rolling Stones, c'est toute la mythologie du Rock qui est ici évoquée. En route pour un nouveau voyage à travers la carrière discographique de celui que l'on a un temps surnommé God et qui a pourtant su rester tellement humain, touchant par sa fragilité et ses errements. Ce livre est rythmé par la sortie de ses albums dont l'histoire et les petites histoires seront développées dans le détail. Nous évoquerons bien sûr ses diverses collaborations, apparitions et autres sessions durant lesquelles nous allons le retrouver aux côtés d'artistes tels que B.B. King, John Lee Hooker, Chuck Berry, Jerry Lewis, Carl Perkins, Ray Charles, les Rolling Stones, Paul McCartney, George Harrison, Ringo Starr, Bob Dylan, Brian Wilson, John Mayall, Elton John, The Band, Santana, The Allman Brothers Band, Taj Mahal, Buddy Guy, Jack Bruce, Joe Cocker, Rod Stewart, Bill Wyman, Steve Winwood, Sting, Tina Turner, Phil Collins, Kate Bush, Bob Geldof, J.J. Cale, Tony Joe White, Johnny Winter. Sans oublier des musiques de films tels que Retour vers le futur, La couleur de l'argent, la série des Arme Fatale, Homeboy, Wayne's World, Blues Brothers 2000 !

Nick Cave

Paroles de fans

image du l'article

Par Pedro Peñas Y Robles
27 mai 2019
Prix : 28 €

Extrait :

Écrire un livre sur Nick Cave, c'est tenter d'élucider la magie des mots et des notes que le prédicateur australien déverse sur le monde depuis une quarantaine d'années. La musique de Nick Cave et des Bad Seeds s'est insinuée un jour dans la vie de ses nombreux fans pour ne plus jamais les quitter. Voir Nick Cave en concert, c'est ressentir des émotions à fleur de peau, son charisme électrique n'est pas pour rien dans la construction de ce culte, et c'est ce dont des fans témoignent dans ce nouvel ouvrage de la collection Paroles de fans. Voir les Bad Seeds sur scène, c'est atteindre un sommet cathartique et spirituel, que fans et profanes reçoivent encore de nos jours comme un cadeau des cieux. Nick Cave est un chamane, et son culte s'étend au-delà de ses albums et de la scène sur laquelle il excelle, pour se distiller dans la prose exaltée de ses romans. Nick est un artiste complet, au même titre que ceux de la Renaissance. L'auteur a voulu interroger dans ce livre divers fans, auteurs et artistes, qui aiment profondément Cave. Parfois intime, parfois universel et mystique, le sentiment qui lie tous ces fans au chanteur australien se rapproche d'une expérience spirituelle unique. Le drame qui l'a touché en plein coeur en 2015 n'a pas entaché sa trajectoire poétique et musicale. La dévotion de ses fans s'est métamorphosée en amour. Et c'est de cet amour dont se nourrit l'artiste aujourd'hui pour continuer sa quête.

Maynard James Keenan

Une parfaite union des contraires

image du l'article

Par Maynard James Keenan
22 mai 2018
Prix : 32 €

Extrait :

Maynard James Keenan est surtout connu en tant que chanteur charismatique des groupes Tool, A Perfect Circle et Puscifer. Cette première biographie officielle n'est cependant pas celle que l'on pourrait attendre, penchant plus du côté de l'introspection que des chambres d'hôtel dévastées, ce qui n'est pas si étonnant quand on connaît déjà un tant soit peu cet artiste ayant toujours rejeté l'image de rock star. Écrit avec Sarah Jensen, une amie de plus de 30 ans, Une Parfaite Union Des Contraires retrace ainsi le parcours d'un jeune garçon ayant grandi dans l'Ohio et que rien, pas même ses passions et sa détermination, ne destinait à atteindre une renommée internationale. Revenant en détail sur ce qui a façonné l'homme et son art, ce récit ne se livre par contre pas à l'explication de textes ; au lieu de cela, le puzzle se met en place, donnant un aperçu de choses qui se retrouveront plus tard dans ses écrits ou guideront ses centres d'intérêt. Et le bilan sur une vie déjà bien remplie finit par transcender le personnel pour devenir métaphore : un détour sans signification peut avec le recul devenir quelque chose d'important. C'est pour le lecteur un encouragement à suivre ses rêves, à rester intègre, et à travailler sans relâche pour réaliser pleinement son potentiel créatif. « La vie est trop courte pour ne pas créer quelque chose tant que l'on respire. »

Billy Joel

L’histoire du Piano Man

image du l'article

Par Dominique Grandfils
18 mars 2019
Prix : 30 €

Extrait :

Enfant du baby-boom, Billy Joel a débuté sa carrière de musicien au milieu des années 60 après avoir eu une révélation en regardant le passage des Beatles au Ed Sullivan Show. Le pianiste s'est essayé au psychédélisme et même au hard rock avant de s'orienter vers la pop. Le succès ne fut pas immédiatement au rendez-vous et Billy Joel douta de ses capacités au point de tenter de mettre un terme à sa propre vie. Son indéniable talent fut reconnu et le petit musicien de Long Island devint une star internationale qui raconta sa vie à travers ses chansons. Après son divorce, en 1994, Billy Joel décida qu'il ne se livrerait plus à travers ses textes et prit l'incroyable décision d'arrêter de publier de nouvel album pop. Homme de parole, il n'a jamais trahi ce serment, sauf pour deux titres. Il se contente de retrouver son public sur scène et de puiser dans son immense répertoire. Depuis janvier 2014, il se produit, une fois par mois, au Madison Square Garden de New York devant ses fans venus des quatre coins de la planète. Ces concerts mensuels affichent complets dès la mise en vente des billets et permettent à l'artiste de poursuivre cette franchise exceptionnelle signée avec le music-hall new-yorkais. Dans cet ouvrage, vous retrouverez le parcours musical d'un musicien hors norme avec ses moments de gloire et des périodes plus sombres. Vous croiserez également quelques amis de Billy Joel : Paul McCartney, Elton John, Bruce Springsteen, Ray Charles, Paul Simon et bien d'autres.

New York Sixties

Le rock à New York 1963 - 1969

image du l'article

Par Didier Delinotte
19 avril 2019
Prix : 30 €

Extrait :

Sur les décombres de la beat generation, des protest-singers, des éphémères idoles du college rock et des girls groups (les Shangri La's venaient de là-bas), une faune bizarre dans son anti-conformisme et sa diversité d'inspiration bâtissait disques après disques le nouveau son de la ville. Ils s'inspiraient de leurs aînés du folk et du blues, mais y insufflaient l'énergie prométhéenne du rock tout en s'éclatant dans toutes les directions (folk-rock, blues-rock, jazz-rock ou protest-song dadaïste à la Fugs, les Mothers Of Invention de là-bas). Ils jouaient dans les mêmes lieux, le Nite Owl Café, le Club Au Gogo, le Café Wah, le Gaslight, le Gerde's Folk City, le Bitter End, le Village Gate, qui avaient vu débuter des folk-singers empruntés ou gueulards, des plus connus (Dylan) aux plus obscurs (tous ces Llewyn Davis oubliés). New York Sixties donc : quatorze groupes, un duo et un chanteur, tous new-yorkais (ou assimilés) dont on narrera l'histoire, sans oublier la figure totémique de Dylan - new-yorkais du Minnesota - qui n'apparaîtra dans ces pages que comme un deus ex machina. Pour le reste, les Four Seasons, le Lovin' Spoonful, Simon & Garfunkel, les Young Rascals, Tommy James & The Shondells, le Blues Project, Vanilla Fudge, les Blues Magoos, le Band, le Paul Butterfield Blues Band, les Fugs, le Velvet Underground, Tim Hardin, Neil Diamond, Jimi Hendrix ; jusqu'à Blood Sweat And Tears et des groupes moins connus de cet underground newyorkais qui allait jeter les bases du punk-rock américain. New York City / New York Sixties. Le jeu de mots est facile, mais la scène rock de ce New York des années 60 méritait bien un livre et c'est chose faite.

Led Zeppelin

In the evening and in the light

image du l'article

Par Mitch' Duterck
23 octobre 2018
Prix : 38 €

Extrait :

Au départ il y avait les champs de coton d'où s'élevaient, telle une brume tragique, les mélopées des captifs arrivés là, portés par les bateaux négriers. Le Blues était en gestation. Bientôt il deviendra la référence absolue pour les nouveaux artistes, qu'ils soient issus du Jazz ou du Rock. Les années soixante vont se révéler un terreau généreux pour quantité de musiciens, chacun y puisant sa dose d'inspiration censée lui assurer les honneurs de l'avenir. Parmi cette multitude : un guitariste de studio. Jeune, plutôt chétif et pétri de talent. Las du travail en studio, il va goûter au plaisir enivrant de la scène aux côtés des Yardbirds déjà moribonds. Ce groupe devient son laboratoire ; il y filtre tous les mystères de ce qui deviendra le monolithe rock le plus colossal jamais érigé. Le jeune homme s'appelle James Patrick Page. Ses complices sont Robert Plant, John Paul Jones et John Bonham. Une réunion qui tient plus de l'alchimie que d'un rapide casting. Led Zeppelin voit le jour en 1968 et règne aujourd'hui encore sans que son rang ne lui soit contesté. En cette année du 50ème anniversaire de Led Zeppelin s'imposait un ouvrage remarquablement documenté : la création, le travail et la technique en studio, la vie « à côté » de Led Zeppelin, les confidences des musiciens et de leur entourage, l'opinion des journalistes, les tournées, les bonheurs et les tragédies. Et peut-être plus…

Black Metal

The Cult Never Dies Volume 1

image du l'article

Par Dayal Patterson
21 juin 2016
Prix : 36 €

Extrait :

L'auteur de Black Metal: Evolution of the Cult, ouvrage encore inédit à ce jour en langue française, présente Black Metal : The Cult Never Dies ! Basé sur des interviews exclusives et illustré de nombreuses images inédites, ce volume de Dayal Patterson creuse plus profond dans l'histoire du black metal pour en livrer quelques arcanes. « Ce livre devrait intéresser tous ceux qui ont été ou qui seront impressionnés par l'influence de ce genre si particulier ». Leere (Silencer) « La scène black metal avait besoin de ce livre. Le travail TITANESQUE de Dayal Patterson est le témoignage de NOTRE existence ». Flauros (Mastiphal) « J'ai toujours l'assurance que mes réponses sont entre de bonnes mains et que le résultat sera aussi au rendez-vous quand je fais une interview avec Dayal. C'est un homme qui sait observer et réfléchir, il a une écriture artistique, intelligente et précise ». Kvitrafn (Wardruna) « Dayal est le genre de personne capable de te faire dire des choses que tu n'aurais jamais dites en public. En 24 ans, je n'ai rencontré qu'un ou deux journalistes qui ont pris les choses vraiment sérieusement… Une telle chance ne se répétera pas de sitôt ». Jürgen Bartsch (Bethlehem)« Le précédent livre de Dayal, Black Metal : Evolution of the Cult était sensationnel… on était plus que prêt à répondre à toutes les questions qu'il pouvait nous poser pour ce livre ». Cernunnus (Manes)

Roll over Rimbaud

Le poète et la contre-culture

image du l'article

Par Jean-Paul Germonville
24 mars 2018
Prix : 28 €

Extrait :

Il n'a écrit qu'entre 1870 et 1874, de sa seizième à sa vingtième année, avec pour projet de « changer le monde ». D'abord des poèmes rimés pour passer très vite aux vers libres de ses chefs-d'oeuvre que sont Une Saison En Enfer et les Illuminations. Durant cette période, ARTHUR RIMBAUD multiplie les fugues vers Paris où il espère la liberté et la reconnaissance. On ne retiendra, longtemps, en France que ses frasques et sa provocation. A partir de 1874, il parcourt l'Europe à la façon d'un hobo avant de jeter l'ancre en Abyssinie où il mène une vie de privation. La Beat Generation, Ginsberg en tête, a apprécié cette errance, fulgurante à l'image des phrases si particulières de Rimbe. Comme leurs glorieux aînés, Patti Smith, Dylan, Morrison, les hérauts du punk emmenés par Clash montrent une reconnaissance particulière et poussée de la vie et l'oeuvre de Rimbaud. La jeunesse anglo-saxonne est à leur image, libérée de tous complexes et des vertiges élitistes. De ce côté de l'Atlantique, où l'Université et l'Académie se sont montrées tellement frileuses sur le sujet, ils sont quelques-uns à s'en emparer, le mettre en musique, le raconter. D'abord, avec talent, le groupe Catharsis dès les seventies. Puis Molodoï - ex-Bérurier Noir-, Les Garçons Bouchers - deux têtes de pont du mouvement alternatif -, Indochine, Lavilliers, Hector Zazou, Hubert-Félix Thiéfaine… sans oublier Ange, Yves Simon, Catherine Le Forestier, la chanson française, et bien d'autres dont Léo Ferré qui, cette fois encore, se révèle visionnaire. Une modernité d'Arthur Rimbaud consacrée par l'art éphémère d'Ernest-Pignon-Ernest.

Deep Purple

De la fumée sur l'eau

image du l'article

Par Martin Popoff
15 avril 2014
Prix : 34 €

Extrait :

Que s'est-il vraiment passé pendant les années soixante ? Qu'est-ce que le heavy metal ? Ça va durer encore longtemps ? Comment peut-on faire une chose pareille ? Tu te prends pour qui, bordel ? Tom Jones ? Apprêtons-nous à traverser la planète de part en part et dans tous les sens, durant l'une des périodes d'activité musicale et artistique les plus passionnantes qui soient. Les héros de cette cavale se nomment Ritchie Blackmore, Ian Gillan, Roger Glover, Jon Lord et Ian Paice ou David Coverdale, Glenn Hugues, Tommy Bolin, de même qu'une poignée d'autres. Ils tentent tous de répondre dans ce livre à ces quelques interrogations, chacun à sa façon, entre deux cuites et une Fender Stratocaster balancée en flammes dans le public : où et comment leurs routes se sont-elles croisées, pourquoi ont-ils opté pour la batterie, la guitare, le hard funk ou le blues, croient-ils aux fantômes, à un monde parallèle, que signifient les textes de leurs chansons, qui a fait quoi ? Dans cette histoire, qui est celle du rock'n'roll, on rencontrera au choix Jimi Hendrix, Phil Lynott, Carlos Santana, Johnny Winter ou Frank Zappa, on donnera la parole à des témoins directs tels que Ronnie James Dio (Rainbow, Black Sabbath), Lars Ulrich (Metallica), Joe Bouchard (Blue Öyster Cult), vous écouterez les explications astrologiques de Ken Hensley (Uriah Heep), les souvenirs de concert de Uli Jon Roth (Scorpions), les analyses critiques de Bill Steer et Michael Amott (Carcass), ou l'enthousiasme extatique de l'inénarrable Yngwie Malmsteen. Parce que, ainsi que nous le fait savoir l'auteur, « Deep Purple vibre et respire organiquement, comme le chaos enchevêtré de la vie elle-même ». Martin Popoff est né en Colombie-Britannique, Canada, en 1963. Critique rock inépuisable autant que collectionneur de disques passionné, il est l'auteur de près d'une trentaine de monographies de référence consacrées au heavy metal. Deep Purple : De la fumée sur l'eau est son tout premier ouvrage à être publié en français.

© 2019 Camion Blanc - Réalisation & Hébergement  image entreprise de la réalisation de la page