L'éditeur qui véhicule le rock !

Gangsta Gumbo

Une anthologie du rap sudiste via Houston, Memphis, Atlanta, Miami, Jackson et la Nouvelle Orléans

image du l'article

Par Charlie Braxton et Jean-Pierre Labarthe
20 février 2012
Prix : 36 €

Extrait :

Le sol riche et fertile du Sud des États-Unis a été le lieu de naissance des Spirituals, du Blues, du Jazz, de la Soul ou encore de la Funk music. Les musiques indigènes du Deep South ont capturé attention et imagination de toute la planète. Qu'importe le genre, toutes les formes de musiques populaires américaines peuvent retrouver leurs origines dans une région que l'on appelle dorénavant le Dirty South. Malgré tout, cela reste une des plus pauvres régions du pays US, un endroit où les gens de couleur se battent encore et toujours contre la pauvreté et le racisme. Bien que le hip-hop soit la première forme de musique populaire à ne pas avoir des origines directes en provenance du Deep South, ses racines profondes ont accompli leur mission, ailleurs. Il est possible de les dénicher dans les breakbeats inspirés par James Brown, mais aussi dans la voix traînante et sirupeuse de Snoop Dogg (un style qui vient de Magnolia dans le Mississippi). A la suite des morts tragiques de Tupac et Biggie Smalls, les gens du Sud, traditionnellement rejetés voire ridiculisés par leurs cousins du Nord et de la West Coast, ont fait le pari de défier les probabilités établies par les majors du disque. Du coup, ils se sont affirmés comme une force dominante dans la musique populaire américaine, revitalisant le hip-hop en lui offrant un nouvel élan créatif. Gangsta Gumbo chronique la saga de la musique rap dite Dirty South. Et cela d'une façon qui vous donnera une totale compréhension de la musique en elle-même, mais aussi du milieu socio-économique au sein duquel celle-ci a éclos et grandi.

My Appetite For Destruction

Sex, Drug & Guns'N'Roses

image du l'article

Par Steven Adler
20 décembre 2011
Prix : 36 €

Extrait :

Après avoir survécu à vingt-huit overdoses, trois tentatives de suicide, deux crises cardiaques, quelques séjours en prison et une congestion cérébrale, Steven Adler, quadragénaire et star du rock la plus autodestructrice qui ait jamais existé, est prêt à livrer une vérité stupéfiante et inédite dans My Appetite for Destruction. Lorsque Adler avait onze ans, il a déclaré à ses deux amis proches qu'il deviendrait une rock star au sein du plus grand groupe du monde. Aux côtés de quatre musiciens indéniablement talentueux mais exigeants et aux personnalités très complexes, Adler a contribué à former Guns N'Roses. Rock stars ne connaissant de limites ni sur scène ni dans leur vie privée, ils ont porté la formule « sexe, drogues et rock'n'roll » à un degré d'intensité et d'insouciance qui frôle l'indécence. À la fin des années 80, GNR était le plus grand groupe de rock du monde, accumulant les gros titres dans la presse, les récompenses et les concerts à guichets fermés, grâce à l'un des meilleurs disques de rock de tous les temps : Appetite for Destruction. Mais il y avait un prix à payer. Il en coûta à Adler sa santé physique et mentale, avec comme point d'orgue son éviction subite du groupe par les autres musiciens. Dans son récit, Adler va loin, révélant non seulement ses propres secrets les plus intimes mais également ceux de GNR. Son récit choc et jusqu'au-boutiste met la vérité à nu tout en décrivant son ascension fulgurante et sa chute brutale.

Etat des lieux des musiques extrêmes

Les albums essentiels d’un demi siècle de transgression hard rock, metal, punk, hardcore & Co

image du l'article

Par Damien Chaney, Antoine Petite et Ludovic Chaney
20 décembre 2011
Prix : 40 €

Extrait :

Du hard rock le plus traditionnel (Led Zeppelin, Airbourne, Ugly Kid Joe…) au black metal le plus virulent (Bathory, Emperor, Dimmu Borgir…), de la déferlante grunge des années 90 (Nirvana, Pearl Jam…) au punk sous toutes ses formes (Ramones, NOFX, Rise Against, Blink 182...), de l'indus le plus froid (Throbbing Gristle, Ministry…) au hardcore le plus enragé (Bad Brains, Cro-Mags, Comeback Kid…) en passant par les mastodontes du genre (Metallica, AC/DC, Slipknot, Offspring, Guns'N'Roses, Rage Against The Machine, Iron Maiden…) et les ovnis underground (Repulsion, Breach, Sunn o, Acid Bath, Skyclad, Dub War, Hellhammer, Envy…), voici, pour la première fois réunis, 450 albums fondamentaux couvrant toutes les directions déviantes qu'a pu prendre le rock'n'roll. Démarrant en 1965 avec les Sonics et s'étalant jusqu'aux récentes sorties de Arch Enemy, Fucked Up, Mastodon ou encore Sonata Arctica, ce voyage musical vous fera traverser un demi-siècle de musique extrême et plus de vingt-cinq pays. Ces disques essentiels sont décryptés par un panel de mélomanes éclairés, amateurs, journalistes, mais aussi musiciens reconnus issus de groupes aussi incontournables que Lofofora, Peter and The Test Tube Babies ou encore Treponem Pal ! Metalleux, punk, hardos, coreux de tous bords : vous tenez entre vos mains votre nouvelle bible !!!

VIBRATIONS JAMAICAINES

L'histoire des musiques populaires jamaicaines au XXe siècle

image du l'article

Par Jérémie Kroubo Dagnini
20 décembre 2011
Prix : 38 €

Extrait :

Vibrations jamaïcaines présente le long processus sociopolitique et culturel ayant contribué au développement des musiques populaires jamaïcaines au XXe siècle. Ainsi, ce livre retrace l'histoire du mento, ska, rocksteady, reggae, dub, dub-poetry, toasting (DJ) et dancehall, principaux courants musicaux apparus à la Jamaïque au XXe siècle, tout en décrivant de manière systématique et approfondie l'arrière-plan socio-politico-culturel ayant agi sur les processus créatifs. Cette épopée musicale est aussi une histoire de transferts, d'échanges, de résonances et de contacts entre les peuples et les civilisations. De la sorte, elle démontre comment ces styles ont influencé les sociétés du monde entier, autant d'un point de vue musical que culturel. L'auteur propose donc une histoire complète et originale de la musique jamaïcaine, orientée par une approche clairement ethnomusicologique. En bonus : une étude minutieuse de la religion rastafari, une biographie inédite consacrée à Bob Marley et les Wailers, une plongée au coeur de la culture controversée du dancehall, un chapitre mettant en exergue les liens entre mouvements skinheads, punk et reggae, l'historique de la scène reggae francophone et un éclairage sur les cultures reggae d'Afrique, d'Océanie et d'Asie. Une véritable mine d'informations pour tous les amateurs de musiques jamaïcaines. Jérémie Kroubo Dagnini est docteur en langues, littératures et civilisations anglo-saxonnes et l'auteur d'une thèse sur l'histoire des musiques populaires jamaïcaines dont est tiré cet ouvrage. Il enseigne actuellement à l'Université des Antilles et de la Guyane en Martinique.

© 2018 Camion Blanc - Réalisation & Hébergement  image entreprise de la réalisation de la page