Joy Division

Paroles de fans

Image de l'article

Présentation

Tel un Saturne affamé dévorant sa progéniture, le Rock a toujours aimé manger ses propres enfants et se nourrir de toutes sortes de mythes et de légendes pour mieux installer sa suprématie sur la jeunesse… Et vendre disques et t-shirts à l'effigie de ses héros soniques morts pour la cause. Ian Curtis, lui, n'avait pas forcément prévu de mourir à Macclesfield à 23 ans, et de faire l'objet d'un culte qui n'a eu de cesse de grandir près de quarante ans plus tard. Au-delà de cette dévotion rendue à Joy Division, résultat d'un profond malentendu entre ce qu'était réellement ce groupe, une simple petite formation Post-Punk issue des faubourgs de Manchester et menée par un leader cultivé et inspiré, à la fois fan de Kraftwerk et de David Bowie, du Velvet Underground et des Stooges, et ce qu'en fera la presse avide de sensations après le suicide du chanteur survenu le 18 mai 1980. Ni Peter Hook, ni Barney Sumner, ni Stephen Morris n'avaient imaginé que les choses prendraient une telle ampleur après le suicide de leur chanteur. Mais c'était sans compter les fans, les premiers tout d'abord, ceux qui ont acheté Unknown Pleasures ou Closer à sa sortie, et puis les autres, ceux qui, comme Pedro, ont découvert ce monolithe noir quatre ou cinq ans après la disparition du chanteur, se prenant dans la gueule la tension et la noirceur, la poésie obscure et l'épure minimaliste, d'un son qui non seulement aura hanté les années 80 mais qui, bien au-delà d'une décennie maniérée, sera devenu un modèle pour les grands groupes qui ont compté durant cette période. Sans Joy Division, il n'y aurait pas eu Faith ou Pornography de The Cure, ni New Order, The Sound, Death In June, Swans, The Sisters Of Mercy, la Cold Wave, le rock Gothique, Interpol ou Radiohead. Sans Joy Division, la New Wave et la musique électronique n'auraient pas sonné de la même façon. Les fans le savent, l'auteur en fait partie, et ils le racontent comme ils l'ont vécu. Joy Division résonnera définitivement comme un drame fondateur.

Biographie de Pedro Peñas Robles

Pedro Peñas Robles a effectué un cursus d'Artiste Plasticien aux Beaux-Arts d'Avignon et obtient son Diplôme National d'Arts Plastiques en 1989, en se spécialisant la dernière année en photographie et peinture. Passionné de Littérature Hispanique et de Mystique Chrétienne en 2000, il obtient son DEA/Master de Langues Romanes avec une mention très bien à la Faculté de Lettres d'Aix-Marseille après un cursus classique en Deug/Licence/Maîtrise d'Espagnol. Dans sa jeunesse, durant les années 80 et 90, Pedro a été Disc-Jockey résident dans deux clubs mythiques du sud de la France (Guinguette Du Rock/Avignon et Trolleybus/Marseille), organisateur de centaines de soirées et de concerts sur Marseille (dont les plus connues sont les soirées Armageddon), musicien bruitiste et expérimental (sous le nom d'HIV+ projet controversé avec lequel il a sorti 6 albums sur différents labels, collaboré avec bon nombre de musiciens et joué plusieurs fois de l'autre côté de l'Atlantique, en Amérique du Sud, Mexique, USA et Canada), chanteur et performer (dans le duo Adan & Ilse entre 2012 et 2016), producteur à l'initiative de nombreuses compilations électroniques, puis activiste musical encore de nos jours avec son label Unknown Pleasures Records.



Auteur Pedro Peñas Y Robles
Date de parution 24 mars 2018
Prix 30 €
Nombre de pages 342
ISBN 9782378480240
Code CB389
© 2018 Camion Blanc - Réalisation & Hébergement  image entreprise de la réalisation de la page