L'éditeur qui véhicule le rock !

Jesus Elvis Junkie Blues

De GG Allin à Lux Interior, Nick Cave & Stu Spasm

image du l'article

Par Merle Leonce Bone
21 juin 2018
Prix : 30 €

Extrait :

Que l'on n'attende pas de ce JESUS ELVIS JUNKIE BLUES une aimable hagiographie collectant les faits à la manière d'un universitaire critique-rock. Ici est un récit sauvage, punk et romantique, innervé par une écriture brûlante, dont le fil conducteur d'électricité, l'affection vasculaire, serait GG Allin, ce diable d'homme, de sa naissance à sa mort. Merle Leonce Bone y raconte cette vie indocile, à sa façon. Le lecteur, en état second, doit s'attendre, au rythme des dérives, à emprunter des portes, basculer et voyager à travers des visions, des anecdotes au factuel chirurgical, des géographies inquiétantes, où l'on y croise tant des figures tutélaires, Nick Cave, Kid Congo Powers, Rowland S. Howard, Blixa Bargeld, Theo Hakola ou Lydia Lunch, à la même enseigne, épique, que des maudits, artisans orfèvres de ce radical underground. Que l'on n'espère pas de ce JESUS ELVIS JUNKIE BLUES qu'il se fasse tour-opérateur, guide touristique sur les sentiers balisés d'une Histoire officielle morte, pourrie sous le botox. Ici est un hommage vibrant à la part la plus sombre, musique du Diable sous Haute Dépendance Stooges, Birthday Party, Scientists, Gun Club & Cramps, d'un certain Rock'n'roll possédé, tapi dans l'ombre, celui des caves, des cryptes, des garages, des marécages et des backrooms. Fruit de trente années d'une passion indéfectible, obsessionnelle, à dénicher des tubercules, creepy, sleaze & swamp, rares, Merle Leonce Bone y conte, néo-dada expressionniste, les scènes musicales de ceux qui, de la fin des années 70 aux années 80 et 90, à Melbourne, Berlin, Adelaide, Sydney, San Diego, Philadelphie, Prague ou Boston, ont dévoué leur vie et leur âme à l'hybridation dangereuse du blues, du rock urbain, de l'art brut, de la shooteuse et du voodoo. Ce qu'est aussi ce Livre d'essence Monstre : un cri de guerre esthétique conspuant l'hygiénisme bigot, consumériste, ambiant.

Maynard James Keenan

Une parfaite union des contraires

image du l'article

Par Maynard James Keenan
22 mai 2018
Prix : 32 €

Extrait :

Maynard James Keenan est surtout connu en tant que chanteur charismatique des groupes Tool, A Perfect Circle et Puscifer. Cette première biographie officielle n'est cependant pas celle que l'on pourrait attendre, penchant plus du côté de l'introspection que des chambres d'hôtel dévastées, ce qui n'est pas si étonnant quand on connaît déjà un tant soit peu cet artiste ayant toujours rejeté l'image de rock star. Écrit avec Sarah Jensen, une amie de plus de 30 ans, Une Parfaite Union Des Contraires retrace ainsi le parcours d'un jeune garçon ayant grandi dans l'Ohio et que rien, pas même ses passions et sa détermination, ne destinait à atteindre une renommée internationale. Revenant en détail sur ce qui a façonné l'homme et son art, ce récit ne se livre par contre pas à l'explication de textes ; au lieu de cela, le puzzle se met en place, donnant un aperçu de choses qui se retrouveront plus tard dans ses écrits ou guideront ses centres d'intérêt. Et le bilan sur une vie déjà bien remplie finit par transcender le personnel pour devenir métaphore : un détour sans signification peut avec le recul devenir quelque chose d'important. C'est pour le lecteur un encouragement à suivre ses rêves, à rester intègre, et à travailler sans relâche pour réaliser pleinement son potentiel créatif. « La vie est trop courte pour ne pas créer quelque chose tant que l'on respire. »

Rammstein

Paroles de fans

image du l'article

Par Gilles Rolland
22 mai 2018
Prix : 34 €

Extrait :

Rammstein. Un nom qui résonne avec force et qui va de pair avec de spectaculaires gerbes de flammes. L'outrance, le scandale, le déraisonnable, la fureur, le métal en fusion et les grosses guitares. Les étincelles qui jaillissent sur les muscles saillants d'un chanteur dont l'exubérance s'exprime de bien des façons. En 2018, le rock n'a rien d'aussi subversif qu'avant. Aujourd'hui, on s'offusque et on préfère caresser dans le sens du poil. Faire semblant et courber l'échine devant la bienséance. Sauf Rammstein. Les six musiciens qui composent le mastodonte teuton n'ont rien de politiquement correct. Ils ne font pas semblant. Quand ils jouent, sur scène, ils jouent fort. Très fort. Ils savent soigner leurs mises en scène, ruent dans les brancards, convoquent une imagerie scandaleuse, quitte à se faire taxer de ce qu'ils ne sont pas. Le sexe et la violence sont au centre de leurs performances et de leur musique, mais ne la définissent pas pour autant. Car plus que tout, Rammstein est imprévisible. Sa poésie est brutale et sans concession. Son humour ne prend pas de détour. Depuis 1994 et la naissance du groupe, des millions de fans, en Europe tout d'abord puis dans le monde entier, ont succombé aux riffs de Rammstein. Emmenés par la voix gutturale de Till Lindeman, ces mêmes fans ont suivi le vaisseau amiral au fil de ses nombreux morceaux de bravoure, remplissant les gradins et faisant enfler les ventes de disques à une époque où ceux-ci ont justement du mal à se vendre. À lui tout seul, Rammstein a réussi à fédérer plusieurs publics. À ce jour, aucun groupe allemand, chantant en allemand, n'est parvenu à avoir autant de succès. C'est notamment ce qu'illustre ce livre. Un livre constitué de témoignages de fans. À l'instar de Rammstein, ils se confient sans concession, soulignent le rôle du groupe dans leur existence, abordent la question de l'évolution de la musique et des textes, se souviennent des grands moments en live... Paroles de fans donne une tribune à celles et ceux qui ont fait de Rammstein l'un des derniers véritables phénomènes mondiaux du metal. « Nun liebe Kinder gebt fein Acht »...

Roll over Rimbaud

Le poète et la contre-culture

image du l'article

Par Jean-Paul Germonville
24 mars 2018
Prix : 28 €

Extrait :

Il n'a écrit qu'entre 1870 et 1874, de sa seizième à sa vingtième année, avec pour projet de « changer le monde ». D'abord des poèmes rimés pour passer très vite aux vers libres de ses chefs-d'oeuvre que sont Une Saison En Enfer et les Illuminations. Durant cette période, ARTHUR RIMBAUD multiplie les fugues vers Paris où il espère la liberté et la reconnaissance. On ne retiendra, longtemps, en France que ses frasques et sa provocation. A partir de 1874, il parcourt l'Europe à la façon d'un hobo avant de jeter l'ancre en Abyssinie où il mène une vie de privation. La Beat Generation, Ginsberg en tête, a apprécié cette errance, fulgurante à l'image des phrases si particulières de Rimbe. Comme leurs glorieux aînés, Patti Smith, Dylan, Morrison, les hérauts du punk emmenés par Clash montrent une reconnaissance particulière et poussée de la vie et l'oeuvre de Rimbaud. La jeunesse anglo-saxonne est à leur image, libérée de tous complexes et des vertiges élitistes. De ce côté de l'Atlantique, où l'Université et l'Académie se sont montrées tellement frileuses sur le sujet, ils sont quelques-uns à s'en emparer, le mettre en musique, le raconter. D'abord, avec talent, le groupe Catharsis dès les seventies. Puis Molodoï - ex-Bérurier Noir-, Les Garçons Bouchers - deux têtes de pont du mouvement alternatif -, Indochine, Lavilliers, Hector Zazou, Hubert-Félix Thiéfaine… sans oublier Ange, Yves Simon, Catherine Le Forestier, la chanson française, et bien d'autres dont Léo Ferré qui, cette fois encore, se révèle visionnaire. Une modernité d'Arthur Rimbaud consacrée par l'art éphémère d'Ernest-Pignon-Ernest.

Joy Division

Paroles de fans

image du l'article

Par Pedro Peñas Y Robles
24 mars 2018
Prix : 30 €

Extrait :

Tel un Saturne affamé dévorant sa progéniture, le Rock a toujours aimé manger ses propres enfants et se nourrir de toutes sortes de mythes et de légendes pour mieux installer sa suprématie sur la jeunesse… Et vendre disques et t-shirts à l'effigie de ses héros soniques morts pour la cause. Ian Curtis, lui, n'avait pas forcément prévu de mourir à Macclesfield à 23 ans, et de faire l'objet d'un culte qui n'a eu de cesse de grandir près de quarante ans plus tard. Au-delà de cette dévotion rendue à Joy Division, résultat d'un profond malentendu entre ce qu'était réellement ce groupe, une simple petite formation Post-Punk issue des faubourgs de Manchester et menée par un leader cultivé et inspiré, à la fois fan de Kraftwerk et de David Bowie, du Velvet Underground et des Stooges, et ce qu'en fera la presse avide de sensations après le suicide du chanteur survenu le 18 mai 1980. Ni Peter Hook, ni Barney Sumner, ni Stephen Morris n'avaient imaginé que les choses prendraient une telle ampleur après le suicide de leur chanteur. Mais c'était sans compter les fans, les premiers tout d'abord, ceux qui ont acheté Unknown Pleasures ou Closer à sa sortie, et puis les autres, ceux qui, comme Pedro, ont découvert ce monolithe noir quatre ou cinq ans après la disparition du chanteur, se prenant dans la gueule la tension et la noirceur, la poésie obscure et l'épure minimaliste, d'un son qui non seulement aura hanté les années 80 mais qui, bien au-delà d'une décennie maniérée, sera devenu un modèle pour les grands groupes qui ont compté durant cette période. Sans Joy Division, il n'y aurait pas eu Faith ou Pornography de The Cure, ni New Order, The Sound, Death In June, Swans, The Sisters Of Mercy, la Cold Wave, le rock Gothique, Interpol ou Radiohead. Sans Joy Division, la New Wave et la musique électronique n'auraient pas sonné de la même façon. Les fans le savent, l'auteur en fait partie, et ils le racontent comme ils l'ont vécu. Joy Division résonnera définitivement comme un drame fondateur.

Le Heavy Metal au cinéma

De Spinal Tap à Rob Zombie

image du l'article

Par Gilles Rolland
17 février 2018
Prix : 32 €

Extrait :

Cinéma et musique ont toujours fait bon ménage. Le rock en particulier a depuis ses premiers rugissements trouvé un écho sur grand écran. Avec le King Presley puis avec les Beatles et beaucoup d'autres grands noms qui, un jour, ont souhaité faire le lien et offrir à leurs univers des évocations filmiques plus ou moins inspirées. Le metal lui, ne fait pas exception et s'est abondement nourri de références cinématographiques. Les headbangers sont souvent de grands cinéphiles et bien sûr, les stars du genre, parmi lesquelles Black Sabbath, Alice Cooper, Rob Zombie ou encore Metallica ont, à un moment ou à un autre, participé à ce dialogue si galvanisant, donnant naissance à des morceaux remplis de références, à des films cultes et à des longs-métrages propulsés par la puissance évocatrice de la musique sur-amplifiée. Que l'on parle de films d'horreur, de drames, de comédies ou de documentaires, le cinéma heavy metal est d'une richesse exemplaire. Voici plusieurs décennies que cette love story incendiaire perdure. Une histoire de laquelle surgissent des classiques et des curiosités. Des longs-métrages mais aussi des bandes originales. Car parfois, si le film n'a rien de metal, la musique, elle,, l'est carrément. C'est de cela dont il est question ici. De This Is Spinal Tap à Wayne's World, en passant par Rob Zombie, Decline Of The Western Civilization Part II : The Metal Years, Lemmy The Movie, Métal Hurlant, Le Fleuve de la mort ou encore Anvil !, ce livre raconte la grande odyssée d'un genre extrême et insouciant qui fédère depuis une quarantaine d'années dans le bruit et la fureur, mais aussi dans le rire, le sang et les larmes.

Assimilate

A critical history of industrial music

image du l'article

Par Alexander Reed
17 février 2018
Prix : 36 €

Extrait :

« Industriel » est une épithète que les fans et les critiques appliquent à une grande variété de musiques - le battement sur des bidons de Einstürzende Neubauten, le grognement électronique de Throbbing Gristle, le cliquetis rythmique en boucle de Skinny Puppy et les compositions synthpop de VNV Nation, pour ne citer que quelques groupes. Mais l'ampleur stylistique et la longévité de cette contre-culture musicale suggèrent que le terrain commun pourrait bien ne pas être un son particulier, mais plutôt un réseau d'idéologies. Ce livre retrace les attitudes et les pratiques de la musique industrielle, depuis ses premières articulations - il y a cent ans -, durant les années préfigurant le genre, puis les années 70, jusqu'à son développement d'aujourd'hui et de demain. S'inspirant d'intellectuels radicaux comme Antonin Artaud, William S. Burroughs et Guy Debord, les musiciens de l'indus ont toujours cherché à démanteler les hypothèses culturelles si normalisées par les médias, le gouvernement et la religion qu'elles en sont devenues invisibles. Plus extrême que le punk, la musique industrielle s'est révoltée contre les idées mêmes d'ordre et de raison : elle a cherché à éradiquer le lavage de cerveau qu'est l'identité elle-même. Elle a aspiré à provoquer, à étonner et à hurler, par souci d'indépendance. Bien sûr, que cette révolution ait fonctionné ou pas est une autre question. Assimilate est la première étude universitaire jamais publiée sur la musique industrielle. À travers des interventions éclairées de musiciens, d'amateurs, de professionnels du marketing, de cartographies urbaines et l'étude de morceaux, cet ouvrage retrace les valeurs, les méthodes et les buts de la musique industrielle au cours de quarante années de changements technologiques, politiques et artistiques. Musicologue érudit et lui-même musicien indus, S. Alexander Reed apporte un regard profond non seulement sur l'histoire de ce genre, mais aussi sur ses rapports ambigus avec les symboles du totalitarisme et du mal. Exprimant tout à la fois une critique ouverte et beaucoup de tendresse, ce livre révèle les manières exigeantes et parfois libératrices par lesquelles l'indus répond au monde et contribue à le façonner. S. Alexander Reed, musicien et professeur, enseigne à l'Université de New York, à l'Université de Floride et au College of William and Mary. Il a notamment publié des ouvrages sur le minimalisme, dans Flood, à propos de They Might Be Giants. Vétéran de l'indus, DJ, promoteur et journaliste, Reed a également sorti cinq albums avec son groupe, ThouShaltNot.

Booker T & The MG's

Green onions and Memphis soul

image du l'article

Par Eric Tessier
22 novembre 2017
Prix : 32 €

Extrait :

Principal créateur de la soul de Memphis, BOOKER T & THE MG's a laissé une empreinte fondatrice sur la soul, le rhythm and blues en général et le rock and roll dans tous ses états. Outre une brillante carrière personnelle, en tant que groupe ou artistes solos, BOOKER T AND THE MG'S a été l'orchestre maison du célèbre label de Memphis STAX Records. Ils ont ainsi joué, entre autres, avec OTIS REDDING, SAM & DAVE, CARLA & RUFUS THOMAS, EDDIE FLOYD, WILSON PICKETT, ALBERT KING, JOHNNIE TAYLOR, THE STAPLE SINGERS, etc. On les entend sur des classiques comme « Soul Man », « Walking The Dog », « Try A Little Tenderness », « I've Been Loving You Too Long (To Stop Now) »… Loin d'être un groupe de requins de studio, les musiciens de BOOKER T AND THE MG'S étaient aussi des compositeurs. Pour eux-mêmes (leur répertoire est parmi les plus beaux de la soul) comme pour les autres - on doit notamment à Booker T. Jones des classiques comme « Born Under A Bad Sign », « I've Never Found A Girl (Like You To Love Me) », à Steve Cropper « (Sittin' On) The Dock of the Bay », « Hold On I'm Coming », « In The Midnight Hour », « Ninety-Nine and a Half (Won't Do) » et autres friandises. On compte au nombre de leurs fans JOHN LENNON (qui rêvait de composer un morceau pour eux), NEIL YOUNG, CARLOS SANTANA, CREEDENCE CLEARWATER REVIVAL, LOU REED, ROD STEWART, STEPHEN STILLS, STEPPENWOLF, PAUL WELLER le Modfather et la cohorte des mods déchaînés sur leurs scooters, JOHNNY THUNDERS le prince du punk, THE CLASH, les rockeuses garage japonaises de THE 5,6,7,8's, RANCID, les avantgardistes THE RESIDENTS (qui écrivirent « The Booker Tease ») et les psychédéliques pop toulonnais STEREOSCOPE JERK EXPLOSION (« Mooger Tea »). Bien que leur histoire soit intimement liée à celle de STAX, c'est bien de BOOKER T AND THE MG'S dont parle ce livre. C'est la première biographie qui leur est consacrée, à notre connaissance, en France comme dans le monde.

© 2018 Camion Blanc - Réalisation & Hébergement  image entreprise de la réalisation de la page