L'éditeur qui véhicule le rock !

La trilogie Bowie-Eno

Influence de l'Allemagne et de Brian Eno sur les albums de David Bowie de 1976 à 1979

image du l'article

Par Matthieu Thibault
15 avril 2011
Prix : 30 €

Extrait :

En 1976, après l'exubérance glam rock et la soul désincarnée, David Bowie opère une nouvelle et radicale transformation. Autrefois fasciné par l'Amérique et ses rêves hollywoodiens, le dandy européen, alors âgé d'à peine trente ans, tourne le dos à la célébrité et laisse désormais place à l'essentiel : la musique. Par l'entremise de collaborateurs aussi géniaux et variés qu'Iggy Pop, Robert Fripp, Carlos Alomar, le fidèle producteur Tony Visconti et, surtout, le « non-musicien » Brian Eno, Bowie réalise une trilogie d'albums essentiels qui élargit les frontières de la pop. Low, "Heroes" et Lodger transforment le studio d'enregistrement en instrument de création ultime dans lequel Bowie, Eno et Visconti sculptent, façonnent et subliment le son du futur en devenir. Autant inspirée par la décadence berlinoise des années trente que le rock expérimental hypnotique des allemands Neu! ou Kraftwerk, la Trilogie Bowie-Eno - souvent désignée par l'appellation inexacte de Trilogie Berlinoise - marque l'acte fondateur du post-punk et de la new-wave. Sans elle, pas de Joy Division, ni de The Cure, ou plus récemment, de Radiohead ou de Blur. Elle illustre ainsi l'évidence : l'artiste ne peut se renouveler, et donc exister, sans expérimenter et défricher des terrains jusqu'alors inexplorés. Ce livre raconte comment la superstar Bowie redéfinit les standards pop comme l'avaient fait les Beatles dix ans avant lui. Il détaille les influences croisées de l'Allemagne et de Brian Eno - ses idées, ses concepts, sa musique -, autant qu'il décrit les séances d'enregistrements et analyse les albums par une approche sérieuse adaptée au langage rock.

Dave Mustaine

Splendeur et misère d'une icône thrash

image du l'article

Par Dave Mustaine & Joe Layden
14 février 2011
Prix : 36 €

Extrait :

Dave Mustaine est le premier à reconnaître que sa vie a été compliquée, et qu'il a connu tous les déboires possibles : une enfance détruite, des parents alcooliques, une éducation religieuse aliénante, une dépendance à toutes les substances imaginables, des revers professionnels violents… Après avoir été viré sans cérémonie de Metallica, il a créé Megadeth dont il est le chanteur-guitariste-compositeur-PDG, et s'est battu sans relâche contre ses démons pour mener à bien sa mission. Il livre ici une confession sans concessions. Considéré comme le père fondateur du thrash metal, il a créé quasiment tout seul ce style qui a fait la gloire de Megadeth et de Metallica. Avec plus de douze albums à son actif - de Killing is my Business… and Business is Good en 1985 au récent Endgame - Mustaine a composé des morceaux qu'on a qualifiés tout à la fois de poignants, introspectifs, ironiques et énervés. Megadeth a été nommé huit fois aux Grammy et a gagné six disques de platine. Mustaine vit à San Diego, en Californie. Joe Layden est un journaliste reconnu et auteur de best-sellers. Il a écrit plus de trente ouvrages, dont The Great Last Fight, que Sports Illustrated et l'American Library Association ont salué comme l'un de meilleurs livres sportifs de 2007. Il a également co-écrit There And Back Again et The Rock Says…, deux best-sellers du New York Times.

PARCOURS HORS PISTES

Le Rock de l'ombre à la lumière

image du l'article

Par Jean-Marie VANDERSMISSEN
26 novembre 2010
Prix : 32 €

Extrait :

Grâce au bouillonnement des années soixante, le rock a peu à peu forgé ses lettres de noblesse. De grands noms ont vu le jour ; d'autres - moins prestigieux mais au talent indéniable - furent contraints d'évoluer dans l'ombre des maîtres. Graduellement, les courants ont évolué et les genres se sont mis en place autour des formations-clés. Cet ouvrage convie le lecteur à un cheminement dans le temps où, chronologiquement au fil des concerts, se côtoient les artistes majeurs et ceux que les pages du rock ont quelquefois injustement abandonnés sur le bord de la route. Ainsi assisterons-nous à l'émergence du rock progressif par le biais d'artistes tels que Renaissance, Barclay James Harvest ou, dans un registre plus dur, Uriah Heep, Rush ou Golden Earring. Seront évoqués les débuts fracassants d'AC/DC (au détriment de Black Sabbath…), l'éclosion de Judas Priest, la fratrie UFO - Scorpions, le tragique parcours de Wendy O. Williams des Plasmatics, la maestria de Ritchie Blackmore, le rock théâtral de Meat Loaf ou celui, plus léché, de Dire Straits. Nous lierons connaissance avec Roy Harper, Budgie, retrouverons les chefs de file de la New Wave of British Heavy Metal à travers Saxon, Riot et Ozzy sans oublier les instigateurs que furent Montrose, Rory Gallagher ou, outre-Atlantique, Ted Nugent, Little Feat ou les Doobie Brothers. Le tout sur fond de Led Zeppelin, Deep Purple, Jethro Tull, Dylan, Santana, Bowie et les rencontres imprévues de l'auteur avec certains musiciens.

© 2018 Camion Blanc - Réalisation & Hébergement  image entreprise de la réalisation de la page