L'éditeur qui véhicule le rock !

MARILYN MANSON

Le magicien des symboles

image du l'article

Par Charlotte Laby
17 février 2015
Prix : 28 €

Extrait :

Marilyn Manson… Son nom incarne, à lui seul, l'ambivalence de la nation de l'oncle Sam, puritaine et bien-pensante. D'un côté, la solaire Marilyn, icône glamour et pin-up adulée, emblème de la frivolité insouciante des joyeuses fifties. De l'autre, Charles Manson, monstre sanguinaire, assassin abhorré qui éclabousse de honte et d'horreur toute une nation. Le personnage de Marilyn Manson, telle une éclipse lunaire, réconcilie ces deux aspects de l'Amérique, et démontre la relativité des concepts : l'absolu n'existe pas, la beauté est parfois monstrueuse et le mal peut revêtir l'aspect de l'innocence et de la pureté. Le choix de ce pseudonyme, Marilyn Manson, est emblématique de la démarche artistique globale de Brian Warner : rapprocher les opposés afin de déconstruire les représentations mentales. Car au-delà de son image de trublion, Manson a créé une oeuvre artistique d'une portée symbolique extrêmement travaillée. Complexe et riche en interprétations, son univers esthétique offre plusieurs niveaux de lecture à travers un foisonnement de symboles occultes, émaillés de références philosophiques, sataniques, alchimiques, etc. Ce livre a pour objectif de décrypter quelques-uns des principaux symboles récurrents dans l'univers mystérieux de Marilyn Manson et de les replacer dans leur contexte référentiel, qu'il s'agisse du satanisme, de l'alchimie, de l'occultisme ou la numérologie… A travers cet ouvrage, plongez au coeur d'un flot de symboles, autant de clefs pour la compréhension de l'univers artistique de Marilyn Manson.

SOUL ON FIRE

La vie et l’œuvre de Peter Steele

image du l'article

Par Jeff Wagner
17 février 2015
Prix : 36 €

Extrait :

De ses débuts de barbare clouté à la Mad Max dans Fallout et Carnivore, en passant par le New York Hardcore et la consécration d'un des groupes les plus emblématiques du Metal des années 90, Type O Negative, Peter Steele ne faisait rien dans la demi-mesure. Du haut de ses deux mètres de haut, il était autant à l'aise sur la scène du mythique CBGB de New York que sur la couverture du magazine de charme Playgirl. Son génie musical était immense, ses frasques en tournée étaient légendaires. Groupies, alcool, cocaïne, il a vécu sa vie de rock star dans tous ses excès, malgré une nature introvertie et une sensibilité à fleur de peau. Soul on Fire est une plongée dans la vie publique et privée d'un des plus gros provocateurs du Rock, un homme qui est passé au gré d'une carrière chaotique d'icône de l'ultra-violence skinhead à sex-symbol du vampirisme gothique. Son destin fut tragique : seul, ruiné après avoir gagné une longue bataille contre la dépendance, ressuscité par la foi et hanté par la mort de ses proches, il mourut parmi ses chats, en avril 2010, à l'âge de quarante-huit ans. Ce livre retrace ses débuts sur terre, sa vie mouvementée aux côtés des plus grands noms du Hard Rock, et ses derniers instants tragiques grâce aux témoignages poignants de ceux et celles qui sont restés à ses côtés jusqu'au bout. « Il y a eu beaucoup de tragédies dans ma vie, mais au lieu de sortir de chez moi et de me défouler à coups de poing sur quelqu'un au hasard, j'ai préféré écrire des chansons foireuses. » - Peter Steele

OLD WAVE, COLD WAVE, NEW WAVE, DARK WAVE

Déluges sonores et clips des Eighties

image du l'article

Par Jérôme Pintoux
17 décembre 2014
Prix : 38 €

Extrait :

Cet ouvrage tourne autour de la New Wave et de ses caractéristiques, les clips, la primauté de l'image et du look sur le son. Plus que sur la musique, nous nous sommes penchés sur les textes : que nous racontent tous ces gens-là ? Les paroles des chansons nous éclairent-elles sur l'époque ? La partie consacrée aux sources nous plonge au coeur des années 60 et 70, avec des analyses des grandes figures. A la fin des années 60 et au début des seventies, les mouvements pop-rock, psyché, glamour, les déluges sonores du funk et du hard rock, s'enchaînent, se superposent, puis passent au second plan avec la déferlante punk. Ils reviennent en force au début des années 80, se prolongent dans la New Wave, l'électro-pop, la Dark Wave, les débuts du gothique. Les rapports peuvent sembler lointain entre l'Old Wave et la New Wave, mais peut-on imaginer The Police, XTC, Tears For Fears sans les Beatles ? Adam and the Ants, Depeche Mode sans David Bowie, sans T.Rex ? The Cure et Robert Smith sans Syd Barrett ? Joy Division et Ian Curtis sans les Doors de Jim Morrison ? Siouxsie and the Banshees, Killing Joke, The Mission sans Led Zeppelin, sans Black Sabbath ? La Cold Wave, l'électro-pop, la Dark Wave sont en germe dans les années 60 et 70. Les filiations ne sont pas toujours évidentes : parfois les racines sont profondément enfouies dans le sol. Dans une première partie, consacrée à l'Ancienne Vague, nous avons présenté les grands anciens, la lame de fond, les précurseurs. Puis nous avons analysé les artistes emblématiques de l'after-Punk, de la New Wave, de la Cold Wave, de la Dark Wave. La dernière partie de l'ouvrage traite du revival New Wave, de la Britpop et du revival Pop Rock Psyché. Là, tout était New Order et beauté, luxe, calme et obscurité.

ARVÖ PART / PHILIP K DICK

Ethiques du Temps

image du l'article

Par Christophe Franco-Rogelio
21 novembre 2014
Prix : 30 €

Extrait :

Chose notable dans nos sociétés adeptes du culte de l'individu, leurs noms n'ont pas encore atteint le degré de notoriété qu'ont gagné leurs oeuvres. Prenons quelques films : Gerry, The Place Beyond the Pines, There Will Be Blood d'un côté, Minority Report, Blade Runner, Total Recall de l'autre. Les premiers font tous appel à la musique d'Arvo Pärt, les derniers sont tous basés sur des histoires écrites par Philip K. Dick. Point commun entre les deux hommes : tous deux sont contemporains et issus d'une société répressive dont ils ont subi la coercition et contre laquelle ils se sont battus : respectivement l'URSS et les USA. Tous deux ont trouvé dans une approche mystique du temps une manière d'orienter leur oeuvre vers une singularité qui dépasse les simples carcans des genres, que ceux-ci soient appelés « minimalisme » ou « science-fiction ». Tous deux ont eu pour objectif de créer des oeuvres qui soient comme un triomphe contre la tyrannie : celle des cadres esthétiques comme celle des sociétés de contrôle. Récemment encore, Pärt dédiait sa 4e symphonie à un opposant au régime de Vladimir Poutine ; et on ne peut que constater que Dick avait anticipé la plupart des problématiques qui fracturent la société américaine post-11 septembre. Autant de raisons de rendre un hommage volontairement aventureux à des oeuvres qui continuent de marquer profondément notre culture, populaire comme « savante ». Autant de raisons d'écrire sur un dialogue qui n'a jamais eu lieu, et qui pourtant continue de se produire. Un paradoxe à la hauteur de leurs éthiques du temps.

MOUVANCE PUNK 1976 - 1978

100 des meilleurs albums

image du l'article

Par Eric Smets
18 septembre 2014
Prix : 34 €

Extrait :

Cela pourrait presque prêter à rire mais le Punk en tant que mouvement artistique a laissé des traces inaltérables dans tous les domaines de la société. À l'heure où les footballeurs du mondial et les gamins dans les rues s'en sont approprié la coupe de cheveux et où les filles à papa s'affichent avec des vêtements déchirés de marque, il ne nous reste guère plus que les épingles à nourrice pour accrocher nos souvenirs. Au niveau musical, il y a clairement un avant et un après-Punk. Réfléchissez-y bien : quels sont parmi les groupes des 70's, ceux qui ont encore réussi à sortir un album culte après le coup de balai donné par les Sex Pistols ? Avec le Punk, la seule chose qui importait, c'était de revenir à ce qui faisait l'essence même du Rock : l'urgence, l'énergie et une certaine dose d'irrévérence que les dinosaures qui paissaient dans les vastes plaines des charts avaient depuis longtemps perdue en chemin ! Quant au nihilisme propre à la révolution punk, il va malheureusement donner naissance à une société où l'individualisme est glorifié. En découlera une profonde crise de société à travers le monde entier dont le moins que l'on puisse dire est que l'on n'en voit pas l'issue. No Future… Tiens, No Future, ça ne vous dit rien ? Voici l'histoire de cette formidable explosion punk et de groupes tels les Ramones, Television, les Hearbreakers, Richard Hell & The Voidoids en Amérique, les Damned, Clash, les Stranglers, les Sex Pistols en Angleterre, les Saints, Radio Birdman en Australie, les Stinky Toys, Starshooter en France, les Kids, Hubble Bubble en Belgique ; de noms connus plus surprenants tels que Patti Smith, Blondie, Ultravox !, Talking Heads, Elvis Costello, Wire, Devo, Police, Siouxsie & The Banshees, Pere Ubu ou Motörhead ; mais aussi de groupes moins célèbres tels que Eater, Johnny Moped, les Lurkers ou Alternative TV qui vont balayer en quelques mois toutes les certitudes sclérosées du monde de la musique. Même si le mouvement punk et son sentiment d'urgence se conjuguaient surtout en singles, c'est à travers ses albums que nous allons nous replonger dans ces photos d'époque et tenter de faire revivre ces instantanés. Voici une sélection d'une centaine des meilleurs disques assimilés au mouvement punk. Ces disques sont sortis entre 1976 et fin 1978. 77 d'entre eux peuvent être considérés comme réellement essentiels. Pour le fun, puisque c'était alors tout ce qui importait…

WHITE METAL

Du bruit pour l'homme en croix

image du l'article

Par Esychia Pneuma
18 juin 2014
Prix : 34 €

Extrait :

In Nomine Metallus ! Le White Metal, ou Metal Chrétien est, sans aucun doute, le sous-genre de Metal le moins connu et le plus sous-estimé. Les rares personnes a en avoir entendu parler ne se rappellent que de la période « paillettes » de Stryper, et ont gardé une vision Hard FM gentillet. Cette histoire, cette aventure dont vous allez parcourir les pages, va vous emmener de surprise en surprise. Nous commencerons par les années 60 et le Jesus Movement, une bande de rockers freaks chrétiens allumés et, pas à pas, nous arriverons jusqu'à nos jours, en faisant connaissance avec des groupes de Black Metal, grindcore ou Death Metal chrétien, aussi extrêmes que leurs homologues séculiers ou satanistes. Bienvenue dans l'univers de Horde, Antestor, Crimson Moonlight, Mortification et les autres. La scène underground d'Amérique du Sud, absolument fascinante, sera également du voyage. Vous n'allez pas reconnaître le jardin d'Eden… À propos de l'auteur : Esychia Pneuma est un ancien musicien de Metal reconverti dans l'écriture. Son propos n'est pas de convertir les masses au christianisme, mais de faire découvrir un genre musical incroyablement riche et vivant, loin des feux médiatiques… de faire découvrir des artistes talentueux, ouverts d'esprit, fans de Metal autant que de spiritualité, et souvent en rupture avec les institutions religieuses traditionnelles car trop rebelles pour s'adapter. Des hommes et des femmes qui n'ont de compte à rendre qu'à Dieu lui-même. Bref, un voyage dans un underground fascinant et regorgeant de merveilles triées dans la partie « Anthologie » du présent ouvrage.

DAFT PUNK

Humains après tout

image du l'article

Par Violaine Schütz
18 juin 2014
Prix : 28 €

Extrait :

Violaine Schütz retrace l'aventure d'un des plus grands groupes de danse de tous les temps : Daft Punk. Inventant une musique universelle (le son du nouveau millénaire ?) capable de traverser les frontières, le duo a fait connaître la musique électronique française dans le monde entier et brisé les tabous dont la techno, marginalisée, faisait l'objet. Pour la première fois, un groupe issu des raves réconciliait tout le monde, petits et grands, rockeurs et clubbers, Français et étrangers, tous ensemble sous la boule à facettes. L'histoire a débuté il y a presque vingt ans et aujourd'hui le groupe est devenu un phénomène, malgré un parcours mouvementé qui correspond à celui de l'avènement de la techno en France, à travers ce mouvement culte appelé french touch qui a fait de ce pays l'un des fleurons musicaux du monde entier. C'est aussi le récit humain de la communion de deux jeunes garçons passionnés de pop et de cinéma - Thomas Bangalter et Guy-Manuel de Homem-Christo - devenus messies d'une génération, deux être de chair devenus robots avant de retourner à leurs premières amours, plus viscérales. L'ouverture d'esprit dont ils ont fait preuve annonçait l'abolition des chapelles musicales entre rock et dance dont se revendique aujourd'hui beaucoup de pop stars. À l'heure d'une nouvelle french touch, de Gesaffelstein à Kavinsky en passant par Justice, ne serions-nous pas un peu tous les enfants des Daft ? Violaine Schütz est journaliste et DJ selector. Elle fréquente de très près le milieu du clubbing, de la nuit, et la musique électronique depuis plus de dix ans. Ses articles ont été publiés dans Trax, Tsugi, Wad, Rolling Stones, Be, Elle, Le Bonbon Nuit, Dazed And Confused ou encore Trois Couleurs.

ANTHOLOGIE DU BONHEUR MUSICAL MODERNE

Pourquoi aime t-on le rock, la pop, le metal, le funk, l’électro, etc ?

image du l'article

Par Jérôme Alberola
22 mai 2014
Prix : 38 €

Extrait :

Unique en son genre, ce livre s'adresse à tous les mélomanes qui veulent comprendre comment et pourquoi s'est créée et perdure leur relation intime avec le rock ou les autres styles apparentés, depuis qu'une chanson, un album ou un groupe a changé - et change encore - leur vision de la vie, en leur apportant ce flot de sentiments puissants, parfois contraires, mais toujours indéfinissables. Synthétisant les travaux les plus récents de neuroscientifiques internationaux, cette anthologie précise aussi les raisons subjectives et sensibles qui constituent les fondements du bonheur généré par l'écoute des musiques actuelles. Y est notamment établi le lien avec la création d'images mentales issues de nos souvenirs et de notre imaginaire personnel, de la mémoire collective ou du mélange des deux,illustré par 366 oeuvres commentées et extraites des divers genres de la musique moderne. Jérôme Alberola est l'auteur de trois Anthologies de référence parues chez Camion Blanc et consacrées respectivement au hard rock, au rock progressif et au rock au féminin. Celle-ci est sa plus ambitieuse et elle changera votre regard sur votre rapport au rock. Postfaces de Francis Zégut, Christophe Conte, Ludovic Egraz, Emmanuel Hennequin, Frédéric Delâge, Romuald Ollivier, Olivier Roubin, Philippe Richard et Pierre Bordage.

DEEP PURPLE

De la fumée sur l'eau

image du l'article

Par Martin Popoff
15 avril 2014
Prix : 34 €

Extrait :

Que s'est-il vraiment passé pendant les années soixante ? Qu'est-ce que le heavy metal ? Ça va durer encore longtemps ? Comment peut-on faire une chose pareille ? Tu te prends pour qui, bordel ? Tom Jones ? Apprêtons-nous à traverser la planète de part en part et dans tous les sens, durant l'une des périodes d'activité musicale et artistique les plus passionnantes qui soient. Les héros de cette cavale se nomment Ritchie Blackmore, Ian Gillan, Roger Glover, Jon Lord et Ian Paice ou David Coverdale, Glenn Hugues, Tommy Bolin, de même qu'une poignée d'autres. Ils tentent tous de répondre dans ce livre à ces quelques interrogations, chacun à sa façon, entre deux cuites et une Fender Stratocaster balancée en flammes dans le public : où et comment leurs routes se sont-elles croisées, pourquoi ont-ils opté pour la batterie, la guitare, le hard funk ou le blues, croient-ils aux fantômes, à un monde parallèle, que signifient les textes de leurs chansons, qui a fait quoi ? Dans cette histoire, qui est celle du rock'n'roll, on rencontrera au choix Jimi Hendrix, Phil Lynott, Carlos Santana, Johnny Winter ou Frank Zappa, on donnera la parole à des témoins directs tels que Ronnie James Dio (Rainbow, Black Sabbath), Lars Ulrich (Metallica), Joe Bouchard (Blue Öyster Cult), vous écouterez les explications astrologiques de Ken Hensley (Uriah Heep), les souvenirs de concert de Uli Jon Roth (Scorpions), les analyses critiques de Bill Steer et Michael Amott (Carcass), ou l'enthousiasme extatique de l'inénarrable Yngwie Malmsteen. Parce que, ainsi que nous le fait savoir l'auteur, « Deep Purple vibre et respire organiquement, comme le chaos enchevêtré de la vie elle-même ». Martin Popoff est né en Colombie-Britannique, Canada, en 1963. Critique rock inépuisable autant que collectionneur de disques passionné, il est l'auteur de près d'une trentaine de monographies de référence consacrées au heavy metal. Deep Purple : De la fumée sur l'eau est son tout premier ouvrage à être publié en français.

HARD ROCK & HEAVY METAL

40 années de purgatoire - Tome 1

image du l'article

Par Thierry Aznar
15 avril 2014
Prix : 38 €

Extrait :

Beaucoup considèrent « Helter Skelter » des Beatles (1968) comme le premier titre de hard rock. Au printemps 1970, lorsque le grand groupe anglais annonça officiellement sa séparation, une autre formation, anglaise elle aussi, avait déjà pris la relève : l'album Led Zeppelin 2 était au sommet des hit-parades du monde entier. Dans un déferlement de solos de guitare ravageurs et de roulements de batterie propres à assommer un éléphant, les kids de 1970 balançaient leur argent de poche dans les juke-boxes pour s'éclater aux sons de « Whole Lotta Love » du Zep déjà cité, de « Black Night » de Deep Purple et de « Paranoid » de Black Sabbath. La Sainte-Trinité du riff qui tue ! Au total, en moins de dix minutes, le hard rock était rentré dans les moeurs. Et cela fait près d'un demi-siècle que ça dure ! Une fois en terrain conquis, les p'tits gars aux cheveux longs comme un jour sans pain allaient pouvoir se lâcher sur des morceaux beaucoup plus élaborés : le même trio infernal publiera « Kashmir », « Child In Time » et « Sleeping Village ». Thierry Aznar, discothéquaire, développe dans le présent volume sa passion et sa ferveur pour le hard rock et le heavy metal en nous proposant d'innombrables chroniques d'albums, connus ou moins connus, à emporter sur une île déserte… Question valises, c'est du lourd. Du heavy, le terme s'impose !

CHICAGO

Terre promise de la guitare slide

image du l'article

Par Jean-Luc Tudou
15 avril 2014
Prix : 28 €

Extrait :

Après avoir partagé sa vie professionnelle entre l'enseignement des Lettres Classiques et la formation à l'analyse des images et à leur utilisation en classe, Jean Luc TUDOU est devenu producteur dans une radio associative du Sud du Tarn : R d'Autan (www.rdautan.fr). Bien implanté dans le milieu musical toulousain, organisateur de concerts dans le cadre d'associations culturelles et membre de la Toulouse Blues Society, un déclic s'est produit lors d'une rencontre avec Bob Brozman qu'il a hébergé lors de sa tournée de 2010. Son compte-rendu du concert de Lavaur sur la radio locale a été une incitation à poursuivre dans le cadre d'une émission hebdomadaire entièrement consacrée à la guitare slide : « Galaxie slide ». Les archives de l'émission, disponibles sur mixcloud.com, constituent l'illustration musicale de Chicago, Terre promise de la guitare slide, une mise en écriture des propos tenus à l'antenne par Jean Luc TUDOU et des recherches qui les sous-tendent. Avec l'épisode majeur du bottleneck à Chicago, il s'agit d'une immersion dans l'univers musical envoûtant des fantastiques aventures du doigt « en chanteur ». En glissant sur les cordes, le tube qui sertit le doigt reproduit toute la gamme expressive de la voix humaine par une approche spécifique de la guitare. Cette pratique est examinée pas à pas à travers les évolutions techniques et les styles, en suivant la trajectoire de seize personnalités musicales qui ont marqué l'histoire du blues. Tout un parcours à découvrir, depuis le Delta du Mississippi où il est né jusqu'à son explosion dans les ghettos de la ville tentaculaire sur des guitares électriques aux sons sursaturés. Là se constitue un nouveau langage pour le blues autour des héritiers de Robert Johnson qui ont su porter le flambeau et aussi transmettre aux jeunes l'expressivité du slide. Chaussé par des pointures exceptionnelles comme Muddy Waters, Elmore James ou Hound Dog Taylor, le bottleneck sera le vecteur de l'affirmation identitaire des Afro-Américains. Il irriguera ensuite la musique populaire à travers le british blues. Ses accords cinglants donneront au rock-blues texan et au boogie-blues californien leur caractère torride et dévastateur. Une musique qui appartient au patrimoine mais sans cesse revigorée, un témoignage exceptionnel de Jacques Morgantini sur la scène musicale du ghetto.

© 2017 Camion Blanc - Réalisation & Hébergement  image entreprise de la réalisation de la page